Les premiers cours au dojo Aïkido Bressan de Bourg en Bresse 01

Reishiki comportement au dojo aïkido Bressan de Bourg en Bresse 01

Le "DOJO" n'est pas un club de fitness c'est exactement l'opposé

  • "Do" = la voie
  • "JO" :
  • "le DOJO" : le lieu où l'on étudie la voie
  • Dans les temps anciens la maison du Maitre.

Aujourd'hui c'est rarement la maison du maitre, mais souvent un gymnase sportif où sont pratiqués des "sports martiaux" : judo, karaté etc.

Des "arts martiaux" au départ... qui avec le temps se sont transformés en sports
c'est à dire exactement en l'inverse d'un art martial.

Combien de parents ont mis leur enfants au judo ou au karaté... et dans les faits pour les voir faire autre chose que l'art martial choisi : du foot, des jeux car un enfants joue etc. du karaté danse, du karaté défense...
tout est bon qu'importe l'art martial pourvu que cela rapporte... Le but est de faire de l'argent par tous les moyens..


Si on résume:

  • Le lieu est le même destiné à des sportifs,
  • l'aïkido est noyé au milieu des sportifs
  • La tenue est sensiblement la même "kimono" pour les ignorants
  • Certains par ignorance et souci de rentabilité essai de faire comme le judo et le karaté... : "transformer l'aïkido en sport"

Pour les gens qui ne connaissent pas, formatés "consommateurs" si les sports ils connaissent : aucune différence entre le judo et le rugby par exemple.

L'art martial traditionnel est un autre monde complètement différent.

Un art martial ne convient pas aux sportifs

Ils vont donc tout naturellement se comporter en aïkido comme des "consommateurs sportifs", d'où des problèmes qui vont conduire très vite certains à aller se faire voir ailleurs.
On trouve sur internet pleins de gens dans ce cas qui s'épanchent sur leurs malheurs et on comprend très vite à les lire qu'ils n'ont absolument rien compris en exprimant leurs frustrations de "consommateurs sportifs".

L'égo un moteur et un ennemi

" il vaut mieux ne rien dire et passer pour un con que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet"

Le moteur de cela : leur égo incontrôlable ... en clair des malades... dont la place n'est pas dans un dojo.

Vouloir contrôler les autres c'est déjà commencer par se contrôler soi même, il faut commencer par l'égo source de toutes les bêtises.

Apporter des connaissances martiales à un fou, un individus dangereux, instable ... qui ne se contrôle pas ne pas contrôler son égo en est la manifestation pour quelques raisons que ce soit en général : "une histoire de rentabilité financière". La plus débile est de croire qu'il peut s'améliorer avec la pratique est une responsabilité qu'un professeur d'art martial compétent ne prend pas. Le fondateur n'acceptait pas dans le dojo des visiteurs qui n'avaient pas une tenue correcte.
Alors leur enseigner l'aïkido ...

Parfois on le voit dès l'inscription quand les troubles sont très apparents, parfois c'est au bout de plusieurs années de pratique, le pratique se sent à l'aise et ses troubles sont de moins en moins dissimuler ce qui amène le professeur à le renvoyer du dojo. Nuisible pour lui même et pour la société le professeur à la responsabilité de la sécurité de ses élèves.
A la médecine de soigner les malades.
On ne met pas un alcoolique devant un verre d'alcool... simple question de bon sens.


L'objectif de la pratique : "le do" de aïkido



signification du do de aikido
Do signification »


aikikai so hombu les uchis deshi à leurs place
Uchi deshi »

chacun à sa place :
Morihei Ueshiba, Kisshomaru Ueshiba, Nobuyoshi Tamura, Masamichi Noro, Yoshio Kuroiwa, Kazuo Chiba



aikido traditionnel la transmission de maitre à disciple
Uchi deshi »

Aïkido traditonnel
c'est la transmission d'un savoir de "maitre à disciple",



aikido traditionnel la transmission de maitre à disciple
Uchi deshi »

Aïkido traditonnel
Le maitre du dojo aïkido bressan"
Alain Peyrache



Si on a à l'esprit ce qui précède "Reishiki" à un sens, sinon c'est un contrainte qui n'a aucun sens, ni intérêt.

la démarche dont l'objectif est la réalisation de soi même en conformité avec le tao.

Clairement pas la satisfaction de l'égo du consommateur.

Le consommateur pense que :
Le maitre est à son service
Qu'il n'a aucun droit
lui peut peut choisir son dojo, son professeur etc.
Toujours se rappeler :
si l'élève choisit son maitre... le maitre lui choisit ses élèves

Un exemple parmi d'autres

Si on demande à chaque cours lorsqu'on est en retard "l'autorisation de monter sur le tatamis" c'est qu'à tout moment le maitre peut vous demander de prendre la porte.
Comme pour quitter le tatamis il faut l'autorisation du professeur.
C'est la démonstration : qu'un élève ne fait pas ce qu'il veut dans un dojo. C'est normal il est chez le maitre...
Certains l'oublient très vite ou ne le savent pas.

 


Qui détient la voie (do) dans un dojo ?

Une seule personne le maitre (il n'y a qu'un maitre dans un dojo) c'est la voie de ce maitre que l'on vient étudier.

On ne vient pas pratiquer du sport dont tout le monde sait en quoi il consiste.
Mais un art et tout une vie ne suffira pas à l'apprendre la voie est infinie...

"montei, monka, monjin... " désigne l'élève d'aïkido,

Demander à faire parti du dojo

  • Nyumon : franchir la porte du dojo (être accepté)
  • Mon tei, Mon jin : qui a passé la porte
  • Mon ka : sous la porte
  • Deshi iri : être accepté comme élève du dojo

  • Ensuite on doit savoir où est sa place dans le dojo, les limites physiques, compétences etc.
  • Monzen baraÏ : être renvoyer du dojo

L'attitude d'un "consommateur sportif" n'a aucun sens dans un dojo.
Faire de l'aïkido un sport c'est ignorer Le B.A. BA de l'aïkido, de l'incompétence.

Vous êtes membres de quel fédé vous demandera le sportif martial ?
Vous êtes élève de quel maitre ?
Vous demandera un budoka ou un pratiquants d'arts martiaux traditionnel
(une fédé n'a aucun sens, ça n'existe pas voir image à gauche).

Le cas du sport une pratique normalisée, sans intérêt, carricaturale, afin de pouvoir comparer les performances et savoir qui est champion ? tous à égalité objectif du sport "comparer les pratiquants". (Jeux du cirque comme les romains destinés à satisfaire les masses populaires avec dopage organisé par Poutine)

Dans l'autre cas un art avec chaque maitre qui fournit son apport sa sensibilité et sa richesse à la discipline objectif de l'art améliorer tous les jours sa connaissance de l'art. Si le maitre est central le champion n'a aucun sens. (pour une élite) Un mélange des 2 est impossible il faut faire un choix...

La filiation maitre disciple (voir images à gauche)

Comme on le voit explique la place de chacun dans cette hierachie pyramidale. Au niveau du dojo mais aussi dan sl'historique de l'aïkido.

Une structure fédérale sportive n'a aucun sens, ni existence dans ce cadre traditionnel. La preuve que c'est n'importe quoi le seul effet c'est de dénaturé l'aÏkido.
Faire perdre les repères aux pratiquants qui agissent en sportif (et c'est péjoratif) au lieu de budoka et d'aïkidoka dans ce contexte.

Les sports martiaux qui ont perdus ces notions du fait de leur fonctionnement sportif, affiche sur les murs ce qu'ils doivent faire alors que cela devrait être l'essence et l'originalité de leur pratique. L'illusion l'incapacité à assumer ses erreurs, croyance que l'on peut faire tout et son contraire le refus d'assumer qu e'lon est des sportif, des footballeurs qui font des techniques martiales.

Ridicule dans les 2 cas comme sportif et comme budoka...
le prix de l'incohérence et de l'ignorance et de la bêtise.
Le sportif qui se livre au cargo culte... le début du karaté zumba...

Un "dojo" c'est donc l'inverse d'un "club sportif" CQFD

Un club sportif on vient y pratiquer un sport, former des champions un endroit où il n'existe pas de maitre, juste des entraineurs, des cadres sportif fédéraux,

Etre agrées Jeunesse et sports
(son rôle est de règlementer les compétitions...) c'est obligatoirement être "sportif" et pratiquer un sport martial...

et ne pas pratiquer un art martial, donc ne pas faire d'aïkido traditionnel. C'est l'évidence même.

Ce qui n'existe dans un "dojo d'aïkido traditionnel" celà n'aurait aucun sens. "Un maitre, un dojo, des élèves (deshis)"

Le prix à payer pour être sportif... être autre chose qu'un pratiquant d'aïkido, un sportif martial ...

En effet un fonctionnement jeunesse et sport ou fonctionnement sportif est à l'opposé de ce fonctionnement, les repères et hiérarchie sont à l'opposé.

Exemple les images à gauche ci-contre

Impossible pour un sportif de savoir où est sa place sur un tapis ?
Qui est son sempaï, donc comment saluer son vis à vis?
Qu'elle est sa filiation avec le fondateur?
Il l'ignore elle est pourtant obligatoire.

Le professeur autorise ou pas l'entrée dans son dojo et sur le tapis cas où l'on est en retard.
Sauf que dans le merveilleux monde sportif de l'agrément jeunesse et sport cet agrément vous oblige à accepter tout le monde car vous représentez l'état (agrément poulet du Gers de l'état).
On ne peut pas être école publique est école privée en même temps...
Avoir les avantages sans les inconvénients.
Un professeur qui est l'employé de sa fédé, de son comité directeur de club, peut t'il interdire (en tant qu'employé) l'accès au tatamis à un de ses patrons ? bien sur que non... et le patron le sait, difficile de lui refuser un grade...

C'est pourquoi un club sportif ne peut pas faire de l'aïkido traditionnel ou alors c'est de l'arnaque...
Comme on ne peut pas faire des produits bio avec des produit chimiques industriels et OGM "Monsanto"...
Ceux qui veulent faire de l'aÏkido un sport sont ils des menteurs ou des ignorants..? ou les 2... ?

Le mouvement Kodokan finit par s’ériger en fédération...
Cela fut une grande erreur. A l’époque, les seules structures envisageables dans le domaine sportif étaient celles d’une Fédération.
Nous passâmes donc par-là, et cela fonctionna de façon satisfaisante... du moins au début
Si la dégénérescence s’érige sur la notion de quantité qui brouille toutes les cartes, cette dimension ne présente rien de commun avec celle de la qualité, à laquelle elle porte préjudice.
Trop de compétitions tuent la qualité, dans la mesure où elles deviennent la seule finalité.

Levannier (Judoka conscient)

On peut rajouter que si les fédérations martiales sont dirrigés tôt ou tard par d'anciens champions cas du judo, du karaté ils reproduiront ce qui a fait leur valorisation...
Ne parlons même pas de l'exploitation de leur popularité en tant ministre pour des raisons électorales...

Etiquette, comportement martial, fonctionnement traditionnel

Il faut donc 2 conditions pout entrer dans un dojo d'aïkido traditionnel:
Humilité
Respect : si vous critiquez le maitre, le dojo etc. comportement classique du consommateur... comme le font tous les membres d'une fédération sportive (normal ils n'ont pas le choix) vous prendrez rapidement la porte et vous aurez peu de chance d'être prit par un autre dojo.
Car contrairment au sportif, vous vous avez choisit ce maitre, ce dojo et vous n'êtes pas cohérent dans vos choix autrement dit
"vous ne vous respectez pas vous même..."
Les arts martiaux attirent des déséquilibrés, comme les pies sont attirés par ce qui brille. Le yin/yang on y échappe pas.
Les professeurs n'acceptent que des gens équilibrés dans l'intérêt des malades et de la société inutile de les rendre plus dangereux en leur apprenant un art martial.
Les malades doivent se faire soigner pas pratiquer les arts martiaux.
Ces déséquilibres peuvent apparaitre pendant la pratique on peut être malade à tout moment, l'accès au dojo peut donc vous être refuser même si vous êtes un vieux pratiquant, le temps de vous faire soigner.
A chaque cours on a ou pas l'autorisation de participer ou pas. Lorsqu'on est en retard cela se voit on demande l'autorisation directement au professeur voir plus loin.
C'est vous qui demandez à ce qu'on vous enseigne, donc vous ne posez pas vos conditions. Ce serait non seulement un manque de savoir vivre, des respect à tous les niveaux et d'éducation mais le comble de la bêtise. à moins d'être tordus dans sa tête (dans ce cas allez cous faire soigner et revenez une fois guérit) , vous acceptez ou vous partez si cela ne vous convient pas personne ne vous oblige.
Ce n'est pas vous qui venez imposer votre façon de voir délire de consommateur très fréquent.
On ne devrait pas avoir à le dire mais certains ne savent vraiment pas où est leur place les devoirs d'un sempaï est de leur indiquer le plus possible plus vous attendez plus c'est dur, plus il y a de problèmes puisque vous avez accepter pendant longtemps l'inadmissible... pourquoi le refuser aujourd'hui c'est une question d'honnêteté.
Les uchis deshis sempaï du dojo sont chargés :
De vérifier si ceux qui sont présents on lieu de l'être
Ne pas laisser entrer dans le dojo ceux qui n'ont rien à y faire
D'expliquer aux kohaï et de veiller à ce que tout le monde respecte ce fonctionnement.
Si quelqu'un n'agit pas correctement dans le dojo les uchi deshis sont tous responsables donc incompétents.
Avant de quitter le vestiaire:
Je suis irréprochable: n'ai je pas une attitude repoussante ou pouvant entrainer des accidents
Propre ongles, parfums etc.
Verrues, plaies pansées
Pansements propres etc.
Pas de piercing montres gourmette, bracelets, bagues etc.
De chewingum ou bonbon (sécurité et politesse)
Cheveux long attaché
Lunettes adéquates
Aikido gi hakama propre et pas déchiré
Mental:
tout ce qui est extérieur au dojo n'a rien a faire au dojo soucis pensées etc.
On rentre dans le dojo au maximum de ses potentialités et de sa lucidité car c'est une pratique qui peut se révéler dangereuse.
Si on est sous l'effet de drogues:
Pour raison médical pouvant altérer les reflexes...
Substances hallucinogènes
Alcool
Tout ce qui peut perturber vos perception et reflexe vous êtes un danger
Pour vous et pour les autres remettez votre visite.
Vous devez avoir le contrôle de vous même.
Il arrive fréquemment qu'un évènement soit arrosé au dojo, pour cela
On attend d'être changé
C'est plus agréable (transpiration...) plus correct aussi.
Il peut arriver que l'on mange tous ensemble sur le tapis mais on le fait en tenue de ville.
Saluts :
Toujours en direction de quelque chose : Tokonoma, professeur, partenaire etc.
Vous franchissez la porte du vestiaire au tatamis salut Ritsu rei (en direction du Tokonoma)
Za rei avec votre premier et dernier partenaire ou après un démonstration du professeur.
Ritsu rei le reste du temps les armes partenaires...
Za rei avant de sortir du tatamis za rei (en direction du Tokonoma),
En cours de pratique pour sortir
za rei et demander obligatoirement au professeur (politesse et sécurité)
Vers votre place. (voir filiation de l'enseignement)
Déballer vos armes prêtes à l'emploi
Ranger vos zooris talon contre le tatamis.
Monter sur le tatamis za rei (en direction du Tokonoma) puis du professeur si le cours est commencé.
Prendre sa place seiza concentration préparerez vous pour le cours
Le professeur doit monter le dernier sur le tatamis en dernier.
Respectez vos armes :
Ne vous servez jamais d'un aïkido gi ou d'armes qui ne vous appartiennent pas.
N'enjamber pas les armes
Ne les jeter pas, vous devez en prendre soin
La vie d'un guerrier dépend de ses armes
Si vous arrivez en retard,
Dérangez le moins possible on ne se fait pas remarquer quand on est en faute.
Avant on attendait à coté du tatamis l'autorisation de monter de la part du professeur ce qui dérange non seulement le professeur mais tout le monde ça c'était avant la vie moderne ou le retard était exceptionnel.
De nos jours il est admis que
L'on rentre sur le tatamis discrètement au bon moment pas pendant une explication du professeur
Za rei en direction du Tokonoma puis du professeur et dès que le professeur passe vers vous vous le saluer
Vous excusez de votre retard et lui demander l'autorisation de participer à son cours
Si vous êtes blessé
Une position correcte mais antalgique est acceptée pour autant qu'elle ne soit correcte
N'allongez jamais les jambes et ne vous adossez pas à un mur.
Fatigué on se met dans un coin en seiza et on se concentre comme au début du cours.
Au bord du tatamis ne discuter pas avec quelqu'un qui est sur le tatamis vous n'avez rien à lui dire.
A tout moment vous devez montrer que vous controler votre corps
Quand le professeur vous explique une technique,
Mettez vous en seiza.
Après la démonstration, saluez-le za rei
Puis saluez votre partenaire Ritsu rei et commencez à travailler.
Si l'explication est courte et rapide quelque secondes, qu'il y a du monde (pour ne pa sprendre un pratiquants sur la tête) on reste debout.
A la fin d'une séquence de pratique :
Ritsu rei vers votre partenaire et rejoignez les autres pratiquants assis en ligne au plus prêt éviter les pertes de temps.
Ne restez jamais debout sur le tapis sans pratiquer. Pire à discuter
Poser une question au professeur :
Allez vers lui, ne l'interpeler pas
Ritsu rei avec respect.
Quand le professeur corrige ou explique un autre pratiquant,
Vous pouvez en profiter vous arrêter de travailler pour regarder.
Asseyez-vous en seiza quand c'est fini za rei.
Respectez vos sempaï.
Vous êtes là pour apprendre, non pour imposer vos idées aux autres.
Il n'y a pas de démocratie dans un dojo c'est le fonctionnement d'une entreprise vous n'imposer pas vos délires au patron (le maitre) ou au cadres (vos sempais)
Si vous connaissez le mouvement et que vous travaillez avec quelqu'un qui ne le connait pas ou a des problèmes
Ne discuter pas (pertes de temps qui dérange tout le monde)
Guider le physiquement afin qu'il enregistre physiquement les bons repères.
Globalement
Parlez le moins possible sur le tapis cela déconcentre donc est dangereux.
Chaque jour avant les cours et en fin de journée on entretien le dojo balayage nettoyage rangement.
Désinfection régulière du tatamis avec un produit
Chacun est responsable de l'aspect du dojo.

Ce qui précède est le Be a BA le reste fait parti de la pratique traditionnelle

-